Chapitre 20 : La stratégie d’approvisionnement et de logistique

1. Le marketing des achats

Les achats permettent de maitriser les coûts et agir sur les marges. Le développement des MDD nécessite d’intervenir plus en amont, des la conception des produits.
De véritable politique d’achats centralisé se sont mises en place. L’achat devient stratégie.
Aujourd’hui, on parle de mercatique amont (créateur de valeur)

1.1 Les enjeux d’aujourd’hui

Une bonne négociation doit permettre, 
La réduction des coûts grâce à :
  • L’abaissement des coûts d’achat et augmentation des marges sans toucher aux prix de vente 
  • La diminution du niveau des stocks 
  • L’accélération de la rotation des stocks 
  • La fluidification de la chaine logistique par l’accélération des temps de préparations, de contrôle et d’expédition
Une meilleurs satisfaction de la clientèle :
  • Des linéaires pleins toute la journée
  • La meilleur combinaison prix/qualité de service
  • Une mise à disposition rapide des nouveaux produits
  • Une sécurisation parfaits, notamment dans l’alimentaire, grâce à une traçabilité des produits

1.2 La mercatique des achats

C’est une méthode rigoureuse de recherche de fournisseurs de produits, service, fourniture, matériels, adaptées aux besoins actuels et futurs de l’entreprise ou de l’enseigne dans des conditions optimales de rentabilité. Elle correspond à un état d’esprit marketing et est centré sur l’échange avec le marché et les autres services de l’entreprise

2. Les principales stratégies d’achat

2.1 Centraliser tout les achats ?

Certains réseaux permettent une certaines autonomie afin, de lutter contre l’uniformité, avoir une meilleur adaptation à la clientèle locale et un soutien de l’économie locale.

2.1.1 Doit-on centraliser les achats de fonctionnement ?

Souvent la responsabilité des différents service et unité du réseau, entrainant la multiplication des coûts de petit commande et l’augmentation des couts de transaction. Ainsi l’achat groupé des consommables, l’équipement et autres doivent être centraliser. Elle peut être mise en place par l’e-procutement

2.1.2 Produire, sous-traiter ou acheter ?

Le principe est d’acheter un produit à partir du moment ou l’on ne dispose pas de compétences nécessaires à la production du bien souhaité

2.1.3 L’intégration verticale vers l’aval

Le distributeur décide de distribuer ses produits 

2.1.4 L’intégration verticale vers l’amont

Le distributeur ou prestataire de services décide de fabriquer les produits qu’il vend. Ce qui permet de contrôler la régularité (sécurité), contrôler la qualité, les coûts d’approvisionnement ou encore accentuer son pouvoir d’achat vis-à-vis des concurrents

2.1.5 La sous-traitance ou stratégie d’impartitions (faire faire)

Un distributeur, un fabricant se charge de la phase de conception du produit, de mise au point du prototype, de tests et d’élaboration du cahier des charges et confie la fabrication à la sous-traitance plutôt qu’à la fabrication dans leurs propres usines de production

2.2 Limiter ou diversifier les fournisseurs

2.2.1 Avantage de la diversification des fournisseurs

  • Contrer la puissance de multinationale industrielle notamment dans l’agroalimentaire 
  • Jouer sur la diversité et la différenciation des assortiments proposés aux clients 
  • La mise en concurrence peut baisser les coûts d’achatsProfiter d’opportunités sur certain marché 
  • Réparer les risques 

2.2.2 Avantages des relations moins nombreuses et durables

  • Régularité dans le niveau de qualité des produits et des services 
  • Sécurité d’approvisionnement 
  • Pas de rupture de stock 
  • L’optimisation des processus d’approvisionnement (EDI) permet de faire baisser les coûts 
  • Concentration dans le marchandisage

2.2.3 Avantage des relations moins nombreuse et durables Basé sur :

  • Le Trade marketing 
  • L’EDI ou échange de données informatisées
Il semble que la majorité des réseaux fasse coexister les 2 optiques dans leur stratégie d’achat. Lorsque que le prix est privilégié et la mise en place de certaines opérations promotionnelles, ils peuvent privilégier la première démarche, lorsque une certaine sécurisation des approvisionnements est demandée, établir des relation fortes avec quelque fournisseurs

3 La logistique

3.1 Définition

La logistique est une fonction dont la mission est le transfert physique des produit et services vers le client. La logistique fait appel à la gestion et à la maîtrise des flux physiques, d’information et financiers. L’objectif est d’assurer la présence des bons produits, au bon moment, au bon endroit, dans les quantités attendues par les clients.

3.2 Les champs d’action

  • Logistique amont : matières, fournitures, composants, produits, services ... nécessaires à l’activité de l’Entreprise 
  • Logistique interne : transfert de produit ou service entre les différents centre d’activité à l’intérieur de l’Entreprise 
  • Logistique en aval : transfert des produits et service sur le lieux de vente pour qu’il soient accessible par les clients

3.3 Les fonctions de la logistique 

3.4 Intégrer ou externaliser la logistique

Il faut se poser plusieurs questions :
  • L’activité logistique fait-elle partie du cœur de métier ? 
  • Les investissements sont-ils réalisables ? 
  • Le niveau de compétences internes est-il suffisant ? 
  • L’organisation sait-elle gérer des flux complexes ? 
Dans la distribution généralement, il y a un recours fréquent aux transporteurs externe et aux services postaux extérieurs.

3.5 Une chaîne d’approvisionnement unique

Dans la grande distribution généralement, les différents formats d’Unité Commercial et les différents types de produits sont approvisionnés avec des chaines d’approvisionnent, différents.

3.6 Les organisations logistiques des flux physique

  • Le circuit direct : [Centre de production → Unité Commercial] Simple mais onéreuse 
  • Le passage par entrepôt : [Centre de production → Entrepôt → Unité Commercial] 
  • Plateforme d’éclatement : [Fournisseurs → Plateforme → Unité Commercial] ce type de plateforme cross-docking 

4 La logistique et TIC

4.1 Des démarches

4.1.1 Trade Marketing ou co-mercatique

Elle regroupe l’ensemble des actions marketing menées ou financier par un fabricant fournissant en collaboration avec les distributeurs

4.1.2 L’ECR

C’est le co-marketing en matière d’approvisionnement et logistique. Il s’agit de mieux organiser ensemble la chaîne logistique en rendant les systèmes d’échanges plus efficients

4.1.3 Le Benchmarking

Consistera à trouver aux niveaux mondiaux l’Entreprise ou les Entreprises qui réalisent de la manière plus performant un processus ou une taches donnée.

4.2 Des outils

  • Logiciel de CAO (conception assisté par ordinateur) 
  • La GPA (gestion partagée des approvisionnements) 
  • L’EDI (échange de données informatisées)
  • Market Place (les places de marché) 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Chapitre 9: La mise en valeur de l’offre

Chapitre 8: L’animation de l’équipe commerciale

Chapitre 8: Les Investissements et Leur Rentabilité